Billets d'humeur

7 idées fausses sur les requins

Les requins, mensonges et délits de sale gueule :

7 idées fausses !

Les requins sont des mangeurs d'hommes

Si l’idée qu’un requin puisse dévorer un humain est répandue dans l’imaginaire collectif, il est plus que rare que cela arrive réellement. Le problème du requin, c’est qu’il goûte… Et il n’est pas fan du goût de l’être humain. La preuve ? Il réagit davantage au sang de calamar ou de poisson. On dénombre en moyenne une dizaine d’attaques de requin chaque année, soit bien loin de ce que nous imaginons.

Les attaques de requins se multiplient car ils sont de plus en plus agressifs. 

En réalité, le nombre de touristes, de plongeurs et de surfeurs a beaucoup augmenté. Et par conséquent, les rencontres avec les squales également : les requins se sont donc habitués peu à peu à l’homme et sont moins craintifs. En outre, Internet permet de mieux recenser ces attaques, ce qui explique aussi que leur nombre semble plus important.

Le requin est stupide : il mange tout et n'importe quoi, tout le temps.

Les requins sont tout sauf stupides. Au contraire, ils ont même des sens extrêmement développés. Leur odorat leur permet leur permet de détecter leurs proies, mais aussi la salinité de l’eau, et ils peuvent entendre des sons à plusieurs kilomètres. Et surtout, ils arrivent à détecter des champs électromagnétiques, ce qui leur permet de des proies, même cachées et immobiles.

Tuer les requins n'a aucune incidence sur les océans. Au contraire, cela les rend plus sûrs. 

Ces super prédateurs que sont les requins ont façonné l’évolution dans les mers et les océans depuis plus de 400 millions d’années. Ils sont à l’origine de la façon dont chaque poisson a adapté sa vitesse, son comportement, et même son camouflage. Eliminer les requins, c’est réduire la biodiversité, et altérer l’écosystème océanique. Ce serait le début d’un enchaînement entraînant la mort de l’océan.

Les ailerons de requins ont de grandes propriétés médicinales

C’est malheureusement ce dont sont persuadés les Chinois. Manger du cartilage du requin n’empêche pourtant pas développer des cancers, bien que cette idée soit largement répandue. D’où vient cette croyance ? D’expériences qui sembleraient démontrer que des molécules, présentes dans le cartilage des requins, empêcheraient la formation de tumeurs. En vérité, cela n'a jamais été démontré, mais cette idée est dramatique pour les requins.

Le shark feeding est une bonne chose : il permet d'approcher les requins, et de montrer qu'ils ne sont pas dangereux.

Nourrir les requins les attire. Et fait donc plaisir aux touristes et aux plongeurs, mais aussi de montrer que l’on peut s’approcher des requins sans danger. Mais cette technique modifie surtout leur comportement. Eux qui ont plutôt tendance à fuir les plongeurs viennent à leur contact : ils associent la présence de l'homme avec la nourriture. Résultat : il leur arrive finalement d’attaquer en recherchant cette nourriture…

Le requin n'a pas de prédateur.

Malgré ce que l’on pense souvent, le requin a un adversaire à sa taille : l’orque peut être  une menace pour les requins, même les plus grands d’entre eux.

Mais bien entendu, le principal prédateur et le principal danger pour le requin reste l’homme : 38 millions de requins sont tués chaque année pour leurs ailerons.

 

©2018 Deeper Blue with love - All rights reserved
  • Association de loi 1901