Environnement

La Cites refuse de protéger les coraux précieux

mer-morteA Doha, au Qatar, la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (Cites) a rejeté dimanche après-midi une proposition des États-Unis et de l'Union européenne visant à réguler les exportations des coraux rouges et roses précieux qui sont utilisés pour orner des bijoux.


Après avoir refusé de protéger le thon rouge, la Cites a décidé de ne pas prendre de mesures pour sauvegarder les coraux rouges et roses précieux. 

Avec 64 voix pour, 59 contre et dix abstentions, la proposition n'a pas obtenu la majorité nécessaire des deux tiers des États présents lors de la réunion de la Cites, qui statue sur le sort de nombreuses espèces menacées depuis plusieurs jours et jusqu'au 25 mars prochain.

En 2007 déjà, une proposition d'inscription de ces coraux utilisés en bijouterie depuis des millénaires avait été rejetée par la Cites. 

Cette proposition des États-Unis concernait les trente-et-unes espèces de la famille des Coralliidae rouges et roses de grand fond.

Elle visait à les inscrire à l'Annexe II de la Convention, ce qui aurait contraint les pays exportateurs et importateurs de contrôler et exploiter les coraux de façon responsable et durable. Seules sept de ces trente-et-unes espèces sont réellement menacées, mais les autres leur ressemblent tant que leur inscription aurait facilité les contrôles des douanes.

En danger en raison de leur surexploitation, les colonies de Corallium rubrum de Méditerranée atteignaient autrefois jusqu'à 50 centimètres de haut. Aujourd'hui, plus de 90% des colonies ne mesurent pas plus de cinq centimètres et parviennent rarement à la maturité sexuelle.

"Dans le Pacifique c'est encore pire: 85% des débarquements sont morts depuis longtemps", a déploré le délégué américain Ernie Cooper.

Outre leur surexploitation encouragée par leur très haute valeur marchande (le kilo de corail peut atteindre 1.500 dollars), les coraux sont également menacés par le réchauffement climatique. "La hausse des températures et l'acidification des océans provoquent une mortalité de masse sur les récifs" ont averti les États-Unis.

 

Source : AFP

Articles en relation

Related Articles

©2018 Deeper Blue with love - All rights reserved
  • Association de loi 1901